31/05/2006

Paris sera toujours Paris

Déjà un an qu’on a passé un week-end à Paris. Que de souvenirs. Il me semble que c’était hier.

 

Ah, Paris au joli mois de Mai, quand les Champs Elysées sont en fleurs, juste deux mois après le champ de Mars… Euh.

 

Tiens, j’te raconte ?

 

Et puis non, découvrons ensemble.

Car Paris, c’est super, c’est comme un grand jeu de L’oie.

 

Tu veux jouer avec moi ? Voici deux dés, des tickets de métro, un guide touristique (incontournable)…

 

 

ceci n'est pas une pub

 

 

 

C’est parti ! Le dernier à Montmartre paye un verre.

 

 

0.       Démarrre de Innnne un samedi au petit jour en compagnie de ta Brune, de la Sauterelle, de la Grenouille et de l’Asticot. N’oublie pas tes valises, tes cartes bancaires, ton guide touristique évidemment.

 

1.        Péage sur l’A1/E19. La circulation est dense. Insère-toi dans une des douze files qui se forment pour 9 guichets ouverts. Jette les dés. Si tu obtiens 6, 7 ou 8, ta file ne mène à aucun guichet. Passe 2 tours à essayer de te rabattre dans une autre file sans égratigner  les autres bagnoles.

 

2.        Château de Vincennes. Te voilà aux portes de Paris. Comme t'es un petit  malin, t’as décidé de ne pas tester ta conduite dans la capitale et de ne pas  te disputer avec ta moitié sur le choix des itinéraires et surtout de pas t’arracher les cheveux à chercher un parking..  
Tu laisses la voiture, tu prends le métro et tu vas directement avec ta famille vers l’île de la Cité puisque les enfants l'ont expressément demandé. Si tu passes par la case départ, reçois 400 EurosAllez, non c’est une blague, dans ce jeu-ci, quoi que tu fasses, tu payes.

 

3.       Notre Dame de Paris.  Eh oui, légère déception de la part des gosses qui en avaient une autre image. Allez, t’occupe pas de la cathédrale. Cherche en vitesse les toilettes pour ton Asticot, n’ayant pas de pantalon de rechange pour lui.

 

 

4.        Te voici à l’intérieur de Notre Dame de Paris.  Passe deux tours pour lire religieusement  à ta famille les pages du Guide relatives à la cathédrale pendant que tes enfants te signifient qu’ils voudraient sortir donner du pain aux pigeons et que ta Brune prend des photos un peu plus loin.

 

5.        Quittez Notre Dame et décidez de flâner sur les quais de Seine Rive Gauche. Essaye de retrouver les paroles d’une chanson dont le refrain commence par « sous les ponts de Paris ». Ecoute la suggestion de ta Grenouille « sous les ponts de Paris, qu’est-ce que ça sent le p… ». Acquiesce sans mot dire et avancez rapidement de 3 cases jusqu’au Pont des Arts.

 

6.        Eh, mine de rien vous arrivez au Louvre, là présentement dis donc.  Tu visiteras une autre fois ! On ne peut pas tout faire en un week-end. Va jusqu’à la place des pyramides envahie par la foule, lis religieusement  à ta famille les pages du Guide relatives à l’historique de cet édifiant édifice pendant que tes enfants cherchent des  pigeons à qui donner du pain et que ta Brune prend des photos un peu plus loin.


Constate brusquement l’absence de  l'Asticot. Rameute ta Brune, la Sauterelle et la Grenouille, dispersez-vous aux quatre coins de la place et fais-toi un sang d’encre durant 3 tours.


Décide ensuite de reculer de 5 cases  jusqu’à la Cour carrée.

 

  

7.        Retrouve l'Asticot éperdu et en pleurs dans la Cour carrée, récupère ta Brune et perds à nouveau 2 tours à retrouver la Sauterelle et la Grenouille disséminées dans la foule.

 

8.        Remontez vers la place de la Concorde et  soufflez un coup au Bassin des Tuileries en regardant les jolis petits bateaux à louer par un vieux monsieur que ça te donnerait presque une idée de post pour ton blog.

 

 

 

 

9.        Oh zut, la première journée touche déjà à sa fin ! Va retrouver la voiture et passe 3 tours à l’hébergement que tu as réservé en périphérie via internet.

 

Pause, donc.

 

Va Faire dodo et reviens demain. 

 

Fin de pause, donc et voilà t'y pas qu'on se retrouve plus vieux d'un jour.

 

10.     Après une bonne nuit réparatrice (tu parles), laisse à nouveau la voiture au Château de Vincennes et prends le Métro pour revenir place de la Concorde.

 

11.     Accompagne  ta famille qui voudrait remonter les Champs Elysées,  et  ta marmaille, ils chantent de ton enfance une chanson que t'es étonné qu'ils connaissent en marchant à tue-tête  si t'as pas compris ce que je viens d'écrire, relis la phrase lentement et remets les mots dans l'ordre.
Passe  un tour pour laisser ta Brune acheter une glace à tout le monde chez un marchand ambulant.
Perds ensuite deux tours en t’arrêtant tous les dix mètres pour aider ta Brune à essuyer la crème qui coule sur les vêtements de ta progéniture.

 

12.     Arrivée Place Charles de Gaulle. Lis religieusement  à ta famille les pages relatives à l’Arc de Triomphe pendant que tes enfants veulent aller donner du pain aux  pigeons et que ta Brune prend quelques photos un peu plus loin.
Partez ensuite directement par métro jusque Passy (vite que ça hé oh). 

 

 

 

13.     Passy. Traverse le quartier à pied en te faufilant entre les Jaguar et les Bentley jusqu’au Trocadéro, pour faire découvrir à ta famille la Tour Eiffel sous son meilleur jour.

 

14.     Trocadéro, oh, qu’c’est boooo !  C'est justement l'heure de casser la croûte. Ouvre le sac à dos et demande à ta Brune si elle a les sandwiches pour le déjeuner. Entends-la te répondre que tu lui avais dit que tu t’en occupais. Rââââle un bon coup et recule de quinze cases jusqu’à la première boulangerie ouverte.

 

 
Désolé elle est plus facile à caser dans ce sens

 

 

15.     Après vous être restaurés dans les jardins du Trocadéro, descendez en bord de Seine. Dépose tes affaires sur un muret et  prends appui pour filmer la Tour Eiffel depuis les quais.
Perdez ensuite 2 tours à acheter quelques souvenirs inutiles.

 

16.     Au pied de la Tour. Décide avec la Sauterelle de prendre l’ascenseur tandis que ta Brune, qui n'a aucun goût pour l'altitude, envisage d’aller promener sur  le Champ de Mars avec la Grenouille et l'Asticot.


Réalise la longueur de la file d’attente et propose plutôt à ta famille d’aller visiter les toilettes, plus rapide d’accès et aussi beaucoup moins cher.
Attends ta petite famille durant un tour (eiffel) – Waouaaah, c'est trop, je me demande où je vais chercher des jeux de mots pareils.

 

17.     Retourne sous la Tour eiffel pour lire religieusement  à ta famille les pages du  Guide relatives à sa construction pendant que tes enfants partent à la recherche de pigeons à qui donner à manger et que ta Brune va prendre quelques photos un peu plus loin.




Réalise  à ce moment que tu as laissé ton Guide sur le muret mentionné au point 15.



Recule
en vitesse de 10 cases pour  acter la disparition   de l’indispensable opuscule.


Continue  avec tes proches jusqu’à la station de métro voisine en appréciant leur profonde consternation  face à cette inestimable perte.

 

18.     Allez directement  en métro jusqu’à Abesses pour clôturer ces deux journées par un bon verre sur une terrasse de la Butte Montmartre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19.     Prends un bain de foule sur la butte Montmartre et laisse tes enfants s’extasier devant les multiples authentiques peintres pour touristes. Recherche ensuite vainement les lieux de tournage d’Amélie Poulain en râââlant  parce qu’ils étaient certainement mentionnés dans le Guide perdu au point 15.

 

20.     Passe deux tours à faire l’inventaire des terrasses bondées sur la Butte et convainc ta Brune qu’il est tout aussi agréable de terminer la visite de Paris par un bon verre de Muscadet au calme près du Château de Vincennes.


 

21.     Changez de métro à Concorde et retrouvez-vous bloqués durant 30 minutes en raison d’un incident sur les voies. Supporte sans broncher l’humeur exécrable de ta famille qui meurt de soif.

 

 

22.     Après avoir attendu trois tours, et voyagé ensuite comme tu peux l'imaginer, odeur d'olive en moins et de transpiration en plus, terminez enfin ce week-end par un délicieux petit blanc sur une terrasse à Vincennes mais grouille parce qu'il est presque 20 heures et que ça va fermer. 

 

 

23.     Reprenez enfin  la route, la tête pleine de souvenirs. Promettez solenellement de revenir dans la Ville Lumière pour une autre passionnante aventure.

 


                                                     

22:33 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

03/05/2006

Quelques traces de pas sur la toile

 On se rencontre, on se fréquente, on se sépare, on s’éparpille au vent graines de pissenlit, destinée qui est la nôtre.

 

Que sont-ils devenus, ces camarades du quotidien auxquels on a dit « au revoir » un après-midi de fin juin à la sortie de l’école, et qu’on n’a plus jamais revu, partis ensuite vers l’oubli ?

 

Comment s’appelait-il encore, le petit gros qui brossait systématiquement la visite médicale. Et l’autre qui s’était caché dans une armoire durant tout le cours de physique ?

 

On s’étonne de n’avoir plus de nom à coller sur les visages des photos de classe jaunies entassées dans une boîte à biscuits. Ces visages qui furent pourtant conjugués cinq jours par semaine du lundi au vendredi, de l'automne à l'été, de la première à la sixième…

 

Quand je reviens pour quelques heures dans ma ville natale, je guette un regard, un signe, une rencontre fortuite sur les trottoirs de la cité lainière de mon enfance mais il n’y a plus personne.

 

La roue a tourné. Parfois, un mot, une image éveille en moi un souvenir et il me revient brusquement  un patronyme et un prénom que je croyais oubliés.

 

Si je suis installé derrière mon PC, il m’arrive de lancer ce souvenir dans le puits virtuel, et j’attends le retour de l’écho.

 

Le plus souvent, le puits me renvoie simplement le silence, ou bien le nom me revient accompagné d’une destinée qui n’a jamais croisé la mienne. Généalogie de « X », né en 1850, mort en 1902.

 

Parfois  je reçois un élément unique permettant de reconstruire une bribe de vie. A partir d’une simple signature et d’une adresse figurant entre mille autres, sur une pétition internetisée contre la publicité dans les programmes télévisés pour enfants… J’imagine le chemin parcouru, une vie de famille, les menus combats au quotidien.

 

Parfois je découvre un pan entier d’une nouvelle existence. Il voulait s’installer plus tard dans le Valais pour professer en tant que kiné, est-ce donc lui qui organise aujourd’hui des randonnées en VTT dans les alpes et dispose d’une adresse e-mail sur un portail Suisse ?

 

Parfois passé et présent se rejoignent. La copine qui venait pleurer sur mon épaule pour épancher ses peines de cœur à l’Université. Je la retrouve petite et menue, en robe courte sur une photo de classe des années 70 à son ancienne école. Un visage familier, enfantin que je n'ai pas connu… Deux lignes plus bas, mes recherches me la signalent comme directrice d'une maison de repos dans une ville brabançonne. Elle qui voulait devenir avocate.

 

Et puis le choc. Eeeh, celui-là qui piquait mes billes à la cour de récré ! Le voilà qui  s’affiche à présent, arrondi, dégarni, souriant, sur le site très officiel de « la Libre » !  Un article complet lui est consacré car il a été nommé voici peu Secrétaire général de l’organisme Trucmuche. Presque méconnaissable mais l’âge, les éléments de CV concordent, zutalors !!!

 

Quelques empreintes de pas, ici et là, laissées sur la grande toile. En silence, je remets le voile sur ces tranches de vie exhumées. Je n’ai pas contacté les adresses e-mail parfois disponibles. Peur de déranger, et puis que se dire ?  Il y a les soupers d’anciens où plus aucun ne va, les sites de copains d’avant où personne ne s’inscrit…

 

Le vent m’a promené un peu partout jusqu’à me déposer dans cette petite vallée où j’ai pris racine, loin du collège de mes enfances. Pourquoi retourner vers le passé ? J’ai des amis, un boulot, des centres d’intérêt, une fille aînée qui piquera bientôt les chandails de sa mère pour sortir avec ses copains. Dans 25 ans, elle repensera peut-être également à ceux-ci avec une pointe de nostalgie et se posera ces mêmes questions quant aux amitiés emportées... 

23:54 Écrit par 0 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |